Ma life de princesse/Romans Chick-Lit

Petite définition de la Chick-Lit (pour les nulles)

Couverture du Journal de Bridget Jones d'Helen Fielding Couverture du Club de la dernière chance, Marian Keyes Couverture confessions d'une accro au shopping de Sophie Kinsella Belfond Couverture de Sex and the City Candace Bushnell Screen Shot 2013-10-31 at 5.23.50 PM Couverture de métro, boulot, paréo de Nicola Doherty 

Couverture des vacances de Rachel de Marian Keyes Les petits secrets d'emma couverture Sophie Kinsella Couverture de Poppy Wyatt est un sacré numéro, Sophie Kinsella Couverture de Le Diable s'habille en Prada de Lauren WeisenbergerCouverture de Je n'irai pas chez le psy pour ce con Isabelle Alexis Couverture Ma vie mon ex et âtres calamités Marie Vareille

Le titre de ce blog, comme vous l’aurez constaté, est « Chick-lit et autres love stories ». À chaque fois que j’en parle, on me dit « Hein ? Attends, comment ? Chick-quoi ? » et à chaque fois il faut que j’explique ce qu’est la chick-lit en long en large et en travers. Une bonne fois pour toute, j’ai donc décidé d’écrire cette petite définition de la chick-lit, de manière à pouvoir remballer les non-initiés  avec un gentil : « T’as qu’à aller lire l’article. »

En France, l’expression « Chick-lit » est peu connue, on peut considérer que c’est un sous-genre de la comédie romantique. Littéralement « écriture de poulette » en anglais, elle désigne un courant littéraire visant un public féminin. L’expression apparaît dans les années 1990, on la définit alors comme « fiction post-féministe », « féminisme nouvelle vague ».

Les romans chick-lit mettent en scène des héroïnes de tous les jours, souvent âgées plus ou moins d’une trentaine d’années, des filles comme vous et moi qui se débattent désespérément dans un quotidien cruel semé d’embûches pour trouver leur vraie vocation et le Prince Charmant, généralement en buvant des Mojitos avec leurs copines et en courant de catastrophe amoureuse  en cataclysme professionnel.

La Chick-lit se différencie de la romance par son ton : léger, humoristique, voire franchement ironique ; son actualité : il y a  peu de chick-lit historique à succès, les thèmes abordés : les relations amoureuses, le célibat, le monde professionnel etc. Bref, romance et humour sont les deux éléments clé, le happy-end presque toujours présent.

Le genre est né de trois romans fondateurs :

Sex and the City de Candace Bushnell (1997)

Le Journal de Bridget Jones d’Helen Fielding (1997)

Confessions d’une accro du shopping de Sophie Kinsella (2000)

D’autres romans sont considérés comme des monuments de la Chick-lit : Le Diable s’habille en Prada de Lauren Weisberger, les romans de Marian Keyes dont Watermelon (1995), Une vie de rêve (2000), Le Club de la dernière chance (1999) et Les Vacances de Rachel (1998), qui abordent des sujets plus graves tels que la drogue, le deuil, l’alcoolisme ou la dépression.

Face au succès de ces romans, des  sous-catégories du genre se sont multipliées : paranormal chick-lit, vampire chick-lit,  chick-lit religieuse etc.

Et en France alors ?

Il existe aujourd’hui de nombreuses traductions de romans (principalement américains ou anglais) en français, mais peu d’oeuvres chick-lit  écrites dans la langue de Molière. C’est Albin Michel qui lance le courant en France en traduisant Sex and the City en 2000 et Le Journal de Bridget Jones en 2001. Fleuve Noir repère Le Diable s’habille en Prada  en 2002 et Gossip Girl en 2004. Belfond n’est pas en reste, avec Les Vacances de Rachel de Marian Keyes publié dès 2000,  Confessions d’une accro du shopping de Sophie Kinsella en 2004 et poursuit avec Alors, Heureuse ? de Jennifer Weiner en 2002, dans sa collection Mille Comédies.

Sur ces dernières années, quelques rares auteures françaises se sont attaquées à la chick-lit :

–  Isabelle Alexis avec entre autre : Tu vas rire mais je te quitte (2002) ; Dès le premier soir (2006) ; Je n’irai pas chez le psy pour ce con (2009)

– Marie Vareille (ie moi-même) avec Ma vie, mon ex et autres calamités (2014)

Agnès Abecassis : notamment Les tribulations d’une jeune divorcée (2005) ; Toubib or not toubib (2008) ; Le théorème de Cupidon (2008)

– Tonie Behar Coups bas et talons hauts (2008), Grands Boulevards (2013) 

– Charlotte Marin  avec Apocalipstick (2010)

On trouve aussi quelques romans chick-lit auto-publiés en numérique, comme par exemple, Dress-code et petits secrets, de Marianne Levy (2013).

Et voilà, ce n’était pas très compliqué, si vous avez des questions levez la main.
Pour voir la liste des livres chick-lit sur le blog : ici

Publicités

51 réflexions sur “Petite définition de la Chick-Lit (pour les nulles)

  1. Pingback: Interview de Cyrielle Walquan, fondatrice de la maison d’édition Sharon Kena | Fan de chick lit

  2. Pingback: Ma vie, mon ex et autres calamités | Page 53

  3. Pingback: [ACTUALITE] « Chick-lit  ou l’écriture de l’amour | «Les p'tites lectures de Pauline

  4. Pingback: Interview de Cléo Buchheim : « J’écris le soir, la nuit, pendant les week-end et les vacances  | «Fan de chick lit

  5. Pingback: Paf le P.A.F » Vous prendrez bien un dessert ?

  6. Pingback: Trucs, bidules et réflexions philosophiques sur l’avenir de ce blog. | Fan de chick lit

  7. Ah enfin ! Je cherchais vraiment la définition… Mais je venais de la comprendre en lisant « Je peux très bien me passer de toi »… Je suis en cours de lecture ! Inutile d’écrire… (mais quand même : j’écris ! ) Je suis sous le charme de ce roman. Bravo.

    Aimé par 1 personne

Vous en pensez quoi ? Dites-moi tout !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s