Ado et jeunes adultes/Romans/Tous les romans

Loin de tout de J.A. Redmerski : un aller simple pour aller absolument nulle part

Couverture de Loin de Tout de JA Redmarski aux Editions Milday Romances

Je pense que ma découverte de la fiction « New Adult » s’arrêtera à la sortie et à la lecture de Loin de tout de JA. Redmerski, publié aux Éditions Milady Romance.

Minute culture : la New Adult Fiction (NA) qui fait un carton aux Etats-Unis est un courant littéraire destiné au 18-25 ans. Cette nouvelle tendance a visiblement pour but de sélectionner avec soin les pires clichés de la littérature Jeunes Adultes d’y associer le plus nul de la littérature générale, pour pondre un roman dépourvu d’intrigue et bourré de clichés, au cours duquel une barbie d’une vingtaine d’années découvre l’amour avec un bad boy ténébreux, de préférence violent, sexiste et heureux propriétaire d’un blouson en cuir, d’une moto et/ou d’une guitare.

Comme quelques-uns de ces jolis spécimens ont atteint la fameuse  liste des best-sellers du New York Times, on a eu droit à leur traduction française. J’avais récemment fait la rencontre de Abby Abernathy dite “Pigeon » (?!) et de Travis « Maddog » Maddox le psychopathe de Beautiful Disaster de Jamie McGuire et voilà qu’on m’y reprend et que sous l’emprise d’une subite crise de naïveté, j’achète et je lis Loin de tout, de J.A. Redmerski.  Je me retrouve alors face  à un terrible dilemme cornélien, une question sans réponse, un problème insoluble à me tenir éveillée et fébrile pendant des nuits entières :

Lequel de ces deux romans est le pire ?

L’histoire en deux mots : Camryn, 20 ans, perd son copain dans un accident de voiture. Après s’être fait agresser par le copain de sa meilleure copine, elle décide de partir sur un coup de tête faire un road trip en bus. Alors qu’elle va de nouveau se faire attaquer par un vieux pervers (Camryn n’a vraiment pas de bol dans la vie) elle rencontre le bel Andrew, 25 ans qui cache un terrible secret (du moins selon la quatrième de couv).

Par soucis d’objectivité, j’admets que le premier quart du livre se lit plutôt vite et qu’on a bien envie de savoir ce qu’il va se passer. La couverture est plutôt sympa. Ce sera mes seuls commentaires positifs.

Il y a beaucoup de problèmes dans cette histoire, mais le plus choquant reste l’absence totale d’intrigue. Dans Loin de tout, il est loin de se passer quoique ce soit. D’ailleurs, il ne se passe rien. Absolument rien. On nous promet un road trip initiatique, mais les seuls paysages qu’on nous décrits (pour le coup en long, en large et en travers et toutes les trois pages), c’est les tablettes de chocolat abdominales du beau Andrew. À aucun moment, il ne vient à l’idée des protagonistes de descendre de leur voiture pour visiter quelque chose. Jamais. Pendant 448 pages, ils ne font aucune rencontre intéressante, il ne leur arrive rien, ils ne voient rien, ils ne découvrent rien. Pendant 448 pages Andrew et Camryn sont dans une voiture et discutent ensemble ou sont dans un motel et couchent ensemble (ou inversement). Parfois ils mangent. C’est tout.

448 PAGES !

Gif animé suicide Barney how i met your mother

À partir du moment où un livre ennuie, le reste a peu d’importance. Je cite tout de même quelques points qui m’ont fait grincer des dents : le fait que l’héroïne soit détestable (Camryn, grande philosophe en puissance qui se pense supérieure aux autres parce qu’elle « se demande quelle odeur à l’océan de l’autre côté du monde », mais ne prend jamais la peine de regarder par la fenêtre de son bus), l’incroyable platitude des scènes d’amour, les interminables descriptions de la coiffure de Camryn, le maquillage de Camryn, les vêtements de Camryn, la crudité de certaines scènes complètement déplacées et hors contexte, en général suivies par une avalanche de guimauve larmoyante et enfin, l’absurdité totale de la fin, dont je ne parlerai pas ici pour ne pas gâcher une bonne tranche de rigolade à ceux d’entre vous qui, comme moi, auront suffisamment de temps à perdre pour lire ce livre.

Exactement comme dans Beautiful Disaster, le plus réussi dans Loin de Tout, c’est son titre. Ce roman est  loin de tout, loin d’être réussi, loin de remplir ses promesses, loin d’être émouvant, loin d’être passionnant, loin d’être original, loin de mériter les quelques heures qu’on perd à le lire et il ne nous mène, en effet, absolument nulle part.

Lecture inutile.

Pour  la critique de Beautiful Disaster de Jamie McGuire c’est par là.

Note : 1 sur 6 - Sans intérêt

Note : 1 sur 6 – Sans intérêt

Titre original : The Edge of never
Auteur : J.A. Redmerski
Première date de parution : 2013
Langue d’origine : anglais
Pays d’origine : USA
Éditeur en France : Milady Romance
Titre en français : Loin de tout
Traduction : Benjamin Kuntzer
Parution en France : 22/11/2013
Publicités

23 réflexions sur “Loin de tout de J.A. Redmerski : un aller simple pour aller absolument nulle part

  1. Pingback: Respire de K.A. Tucker | Fan de chick lit

Vous en pensez quoi ? Dites-moi tout !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s