Ado et jeunes adultes/Romans/Tous les romans

« Le monde n’est pas une machine à exaucer les voeux » : nos étoiles contraires, de John Green

Nos étoiles contraires couverture

Hazel a 16 ans, un cancer de la thyroïde et une bonbonne d’oxygène qui la suit partout où elle va. Elle est condamnée, mais provisoirement en rémission grâce à un traitement miraculeux. Elle tombe amoureuse du bel Augustus,17 ans, amputé et qui souffre d’ostéosarcome. Passionnés par un livre écrit par un certain Peter Van Houten au sujet d’une enfant atteinte d’un cancer, ils décident de se rendre à Amsterdam pour rencontrer son auteur et le convaincre d’écrire la suite de l’histoire.

La première fois que j’ai entendu parler de ce livre, j’ai pensé “facile le sujet des deux gamins cancéreux à l’agonie pour faire pleurer le peuple”. J’étais bien obligée de le lire quand même, puisque tout le monde en parle et il ne faudrait pas qu’on croit que je n’ai rien à dire sur un sujet dont tout le monde parle. J’ai donc commencé à lire de mauvaise humeur, contrainte de me farcir un mélo larmoyant et commercial.

Je me suis mise à sangloter comme une malheureuse au bout de vingt minutes. C’était prévisible. Quelques pages plus loin, j’ai éclaté de rire entre deux reniflements. Ça l’était un peu moins.

Au fur et à mesure de la lecture, j’ai dû reconnaître que John Green avait réalisé une jolie prouesse avec Nos étoiles contraires, un petit bijou d’émotion et d’humour. Jamais de pathos dans cette histoire d’amour condamnée, qui se fiche du politiquement correct avec une surprenante délicatesse, ne se soucie pas de bien ou mal finir, puisque ce n’est pas la question et nous démontre simplement que “le monde n’est pas une machine à exaucer les voeux”. Une histoire qui nous balance simplement un gros “C’est la vie” dans la figure en nous laissant sans voix et émus.

Bouleversant, donc. À lire.

Pour l’acheter c’est ici.

Pour en savoir un peu plus sur l’auteur c’est par là.

Ma note : 5 sur 6 (Très bien)

Ma note : 5 sur 6 (Très bien)

Titre Original : The Fault in our Stars
Date de parution : Janvier 2012
Langue d’origine : anglais
Pays d’origine : USA
Traduction : Catherine Gibert
Date de sortie en France : 2013
Editeur France : Nathan Jeunesse
Publicités

13 réflexions sur “« Le monde n’est pas une machine à exaucer les voeux » : nos étoiles contraires, de John Green

  1. C’est dur à dire. Tout le monde pense que c’est celui-là 🙂
    Moi j’aime tellement son écriture, son style que je les aimes tous et que je trouve même que TFIOS est celui qui lui « ressemble » le moins (mais j’ai adoré). Bref, je te conseille « Qui es-tu Alaska » 🙂

    J'aime

    • Oui le film est super aussi ! J’ai tout de même préféré le livre, mais peut-être parce que je l’avais vu avant donc j’ai été plus émue à la lecture, mais ‘c’est un excellent film.

      J'aime

Vous en pensez quoi ? Dites-moi tout !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s